La ville de Gand participera à une mission commerciale en Israël

Rassemblement contre la participation de la ville Gand à la mission de la VOKA en Israël

Lundi 20 janvier, devant l’Hôtel de ville Gand

Mise à jour du 23/1/2020 :

Le commentaire d’Herman Deley (BACBI)

Ayant contribué une lettre ouverte bien argumentée, signée par 50 académiques et artistes (entre eux aussi nos collègues  Marie-Christine Closon, Serge Deruette, Jean-Marie Flémal, Perrine Humblet, Marc Jacquemain et Christiane Schomblond), nous n’avons pas réussi à faire annuler la mission (celle-ci ayant été approuvée par les partis « suédois »: VLD, CD&V, N-VA (+ le Vlaams Belang).

Néanmoins, avec les ami.e.s d’autres organisations de solidarité avec la Palestine, nous avons bien réussi, je crois, à ‘problématiser’ profondément la collaboration avec Israël et sa politique colonialiste au niveau de l’espace publique flamande (voir les journaux et la télé régionale).

                     (Newsletter de BACBI)

Une cinquantaine de personnalités du monde académique et culturel avaient écrit une lettre ouverte au collège échevinal et au conseil communal pour protester contre la participation de la ville à la mission commerciale.

Un groupe d’activistes attendaient de pied ferme l’arrivée des membres du Conseil communal devant l’Hôtel de Ville.

Mais le Conseil a tout de même voté la participation de l’échevine Bracke à la mission.

Le commentaire de Ludo De Brabander, porte-parole de l’asbl Vrede.

Les droits de l’homme doivent être le « fil rouge » des autorités locales de Gand, pouvait-on lire dans une motion approuvée par la grande majorité fin 2018.

Jusqu’à ce que s’annonce le moment décisif. Une majorité alternative (Open VLD, CD&V, N-VA et VB) a entre autres approuvé la participation de Sophie Bracke, échevine de l’Économie, à une mission de la VOKA en Israël, pour une visite à « Silicon Wady ».

Quelle hypocrisie dégoûtante !

Bracke va donc représenter la Ville dans un pays où l’on applique un régime d’apartheid et qui se fait régulièrement frapper sur les doigts par l’ONU en raison de ses graves violations des droits de l’homme et du droit international. Pour une visite des entreprises de haute technologie étroitement impliquées dans l’occupation, l’armée et le régime sioniste d’extrême droite.

Les nombreux citoyens présents n’ont pas pu, eux non plus, amener à d’autres pensées l’Open VLD, le parti qui prétendument a en très haute estime les valeurs des Lumières !

En outre, les autorités communales vont ainsi à l’encontre de l’avis du Conseil consultatif Nord-Sud, qui ne pouvait être plus explicite :

« Le Conseil entend faire savoir qu’un certain nombre de visites organisées dans le cadre de ce séjour sont fortement liées à la militarisation, à la surveillance outrancière et à la colonisation des Territoires occupés. En tant que plate-forme d’experts en matière de solidarité internationale, le Conseil estime qu’une telle  »mission » ne sert ni les intérêts des citoyens palestiniens ou israéliens, ni ceux des Gantois. »

Rendons hommage à Tom De Meester (*) qui a tenu un discours solidement charpenté, puissant et convaincant dans lequel tout se tenait remarquablement.


Publié le 21 janvier sur la page FB de Ludo De Brabander
Traduction : Jean-Marie Flémal

(*) PVDA (NDLR)

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...