Samidoun salue la martyre Helin Bölek, de Grup Yorum

Helin Bölek, avant et pendant sa grève de la faim.

Helin Bölek, avant et pendant sa grève de la faim. (Photo : @FreeGrupYorum, Twitter)

Helin Bölek, musicienne révolutionnaire originaire de Turquie et membre du Grup Yorum, est décédée en martyre le matin du 3 avril 2020, après 288 jours d’une grève de la faim qu’elle avait entamée avec son partenaire au sein du même groupe Yorum, Ibrahim Gökçek, qui, lui, poursuit sa grève après 291 jours.

Le Grup Yorum, créé par des étudiants en 1985, est un orchestre de musique révolutionnaire constitué de membres turcs et kurdes. Leurs chansons parlent de la lutte pour la liberté, des combats quotidiens et de la solidarité internationale.

Yorum est l’un des groupes les plus populaires de Turquie et jusqu’à présent, ses concerts ont attiré des centaines de milliers de personnes. L’orchestre est soumis depuis très longtemps déjà à la répression de l’État turc. Les bureaux et centres culturels qu’il fréquente ont subi des raids à de très nombreuses reprises et des dizaines de membres du groupe ont été arrêtés et torturés.

Le 11 mars, la maison où Helin Bölek et Ibrahim Gökçek étaient en grève de la faim a été prise d’assaut par les forces turques. Helin et Ibrahim ont été emmenés à l’hôpital de formation et de recherche Ümraniye afin d’y être alimentés de force.

Tous deux ont refusé ce traitement et ont insisté sur leur droit à la résistance via une grève de la faim. Après six jours de torture à l’hôpital, dont des mises en position stressantes et l’interdiction d’accès aux équipements sanitaires, Helin et Ibrahim sont retournés à leur Maison de Résistance, dans le quartier de Küçük Amurtlu, à Istanbul.

La grève de la faim de Helin Bölek et Ibrahim Gökçek visait plus que leur propre liberté. En lieu et place, ils avaient formulé cinq revendications claires :

-Mettre un terme aux raids policiers contre le Centre culturel Idil, où le Grup Yorum s’organise ;
-Radier tous les membres du Grup Yorum de la liste des gens recherchés;
Lever l’interdiction de concert imposée au Grup Yorum ;
-Annuler les procès intentés contre les membres du Grup Yorum ;
-Libérer tous les membres du Grup Yorum actuellement détenus (sept en tout).

Même après la libération de Helin Bölek d’une prison turque en novembre 2019 et celle d’Ibrahim Gökçek trois mois plus tard, tous deux ont poursuivi leur grève de la faim pour ces cinq revendications. Ils ont montré clairement que leur grève de la faim était un combat à mort : ils allaient la poursuivre jusqu’au moment où l’on répondrait favorablement à ces cinq revendications.


La mort de Helin Bölek dans la lutte de libération révèle bien la nature mortelle de l’État turc, qui continue à emprisonner des dizaines de milliers d’activistes politiques, d’avocats, de journalistes et de musiciens. C’est précisément contre ce système d’emprisonnement et de répression que luttait Helin Bölek.

Dans une déclaration, le Front populaire de Turquie a dit ceci :

« Dans le même temps que l’AKP poursuivait toute cette exploitation et ces persécutions, il attaquait tous les secteurs autres que lui-même afin de réduire les gens au silence à propos des injustices auxquelles il se livrait. Pour réduire le peuple au silence, pour lui faire promette l’allégeance à ce système, il lui faut commencer par réduire d’abord les révolutionnaires au silence. Il a dirigé ses attaques les plus virulentes contre les révolutionnaires et il a tenté de les réduire au silence par sa politique d’arrestation, d’emprisonnement et de massacre. »

Helin défend la Palestine. (Photo : Yorum)

Helin défend la Palestine. (Photo : Yorum)

Quand Samidoun a participé au Symposium anti-impérialiste en février dernier, nous avons eu des nouvelles de Helin Bölek et des gens qui lui étaient proches. Alors qu’il était clair que son état de santé se détériorait, son état d’esprit restait extrêmement élevé. Il était clair qu’elle et son compagnon gréviste de la faim Ibrahim Gökçek allaient poursuivre leur grève tant que leurs revendications n’auraient pas été satisfaites. Avec le martyre de Helin, il est de notre devoir de poursuivre son combat et de soutenir Ibrahim et les prisonniers du Grup Yorum.

Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network salue la vie et l’héritage de Helin Bölek, qui a lutté toute sa vie pour la libérationdu peuple en Turquie et au Kurdistan.

Sa musique, son organisation et sa grève de la faim ont inspiré des milliers de gens à se dresser contre la répresion de l’État turc. Nous nous joignons à toutes les personnes qui poursuivent le combat de Helin Bölek et nous réclamons la libération immédiate de tous les membres du Grup Yorum ainsi que la fin de la répression dont ils sont victimes.

Nous terminons par les paroles de la chanson du groupe Yorum « Zafere Kadar » (Jusqu’à la victoire), qui a été composée en guise de soutien de la Deuxième Intifada :

Chaque maison est un château
Notre maison est une école
« La révolution jusqu’à la victoire » dans notre langage

La résistance dans chaque maison
Un fedayin (militant) dans chaque maison

« La révolution jusqu’à la victoire » dans notre langage


Publié le 3 avril sur Samidoun
Traduction : Jean-Marie Flémal

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...