BDS appelle au soutien de la révolte des noirs américains

Le mouvement BDS appelle les militants de la solidarité avec la Palestine, aux États-Unis et ailleurs, à défendre le Movement for Black Lives (Mouvement pour les vies des noirs) et d’autres organisations dirigées par des noirs dans leur lutte légitime pour la justice.

Par le Comité BDS national palestinien, 30 mai 2020

Protestations contre le meurtre de George Floyd, 14th & U Streets, à Washington, DC, le 29 mai 2020. (Photo : Geoff Livingston/Flickr)

Le Comité BDS national palestinien (BNC), la plus vaste coalition de la société palestinienne, qui dirige le mouvement BDS mondial, exprime résolument sa solidarité avec nos sœurs et frères noirs des États-Unis qui réclament justice suite à la toute dernière vague d’homicides inadmissibles commis par la police sur des noirs américains, dont George Floyd à Minneapolis, Tony McDade à Tallahassee, et Breonna Taylor à Louisville.

Les protestations croissantes des « sans voix » contre les brutalités policières aux États-Unis constituent fondamentalement un soulèvement contre tout un système raciste d’exploitation et d’oppression, encore exacerbé et mis crûment en évidence par la pandémie du Covid-19 et le tribut disproportionné que cette dernière a prélevé parmi les Afro-Américains.

Ce système est organiquement connecté aux crimes perpétrés par l’impérialisme américain contre les peuples de couleur du monde entier et il est profondément enraciné dans la fondation violente, raciste et coloniale des États-Unis.

La destruction génocidaire des nations autochtones américaines, le pillage de leurs richesses et ressources et l’asservissement sauvage de millions d’Africains sont les piliers les plus profonds de ce qui a donné naissance aux États-Unis.

L’idéologie suprémaciste blanche profondément enracinée qui a guidé et tenté de blanchir ces crimes est toujours bien présente, même si c’est sous des formes différentes.

Cette idéologie exclusive est encouragée par la Maison-Blanche de Trump, un raciste manifeste, et un establishment néolibéral insidieux, moins audacieusement raciste et qui, sur le plan rhétorique, condamne le racisme et dégorge même certaines promesses creuses, tout en s’abstenant intentionnellement de prendre des mesures de réparation, de justice raciale et économique et de mettre un terme à cette horrible système de criminalisation et d’incarcération de masse des noirs américains.

Comme l’a dit un jour Martin Luther King, Jr., la « grande pierre d’achoppement » dans la marche des noirs américains vers la liberté n’est pas de KKK,

« mais le modéré blanc, qui est plus voué à l’ »ordre » qu’à la justice ; qui préfère cette paix négative qu’est l’absence de tension à cette autre paix positive qu’est la présence de la justice ».

Nous appelons le mouvement solidarité avec la Palestine, aux États-Unis et ailleurs, à défendre le Movement for Black Lives et d’autres organisations dirigées par des noirs dans leur lutte légitime pour la justice et pour une approche abolitionniste de la réforme de la police, de réparation et de libération.

Nous soutenons les appels en faveur de campagnes ciblées et stratégiques de boycott, désinvestissement et sanctions contre les institutions, banques et entreprises qui sont impliquées dans le système de l’injustice raciale.

En tant que peuple autochtone de la Palestine, nous avons une expérience de première main du colonialisme d’implantation, de l’apartheid et de la violence raciste exercés par le régime d’oppression israélien – avec le financement et soutien militaire inconditionnel du gouvernement américain – afin de nous déposséder, de nous soumettre à une épuration ethnique et de nous réduire à des humains inférieurs.

Notre réalisation la plus importante en tant que peuple résistant à l’oppression coloniale, y compris via les campagnes de boycott, réside dans notre capacité à demeurer déterminés et à résister à leurs incessantes tentatives de coloniser nos esprits en leur inculquant un sentiment d’impuissance, de mépris de soi et de reddition à leur suprématie par fatalité.

Les noirs aux États-Unis, en Afrique du Sud et dans bien d’autres pays ont survécu à des siècles de formes les plus inhumaines d’asservissement et d’oppression raciale jamais rencontrées, et ils apportent ainsi à l’humanité dans son ensemble de précieuses leçons de persévérance, de résistance et d’ingéniosité.

Le système de racisme structurel aux États-Unis est appliqué via la violence par des départements d’une police paramilitaire, dont bien des hommes sont entraînés en Israël, et c’est le cas pour la police du Minnesota.

Ces forces de police ont reçu pour mission de mettre tout en œuvre pour protéger ce système pourri de suprématie blanche et de marginalisation des noirs, des latinos et des autochtones.

Le meurtre extrajudiciaire, sans discrimination, de noirs américains, l’inadmissible système pénitentiaire américain et la façon inhumaine et raciste de traiter les migrants et les demandeurs d’asile aux frontières méridionales sont chaque fois des symptômes d’un État sécuritaire de plus en plus militarisé qui sème la ruine et la destruction parmi les communautés de couleur des États-Unis et du monde entier.

Tant que ce système d’oppression se maintiendra, il incombera à nos mouvements citoyens d’œuvrer collectivement et en interaction afin de le démanteler, depuis les États-Unis jusqu’à la Palestine.

Il est du devoir de toutes les personnes de conscience d’élever la lutte et les voix de nos sœurs et frères noirs.

Nous appelons notre communauté à reconnaître les connexions entre l’oppression raciale domestique des États-Unis et leur oppression impériale racialisée contre les gens de couleur du monde entier, comme l’expliquaient Malcolm X et d’autres importants penseurs noirs.

De même que les forces militaires de l’occupation israélienne servent à enraciner plus encore le système d’apartheid contre les Palestiniens, les forces de police américaines ne servent qu’à enraciner plus encore le système de la suprématie blanche américaine et de ses privilèges.

Nous nous faisons l’écho des sentiments de la déclaration récente du Comité antidiscrimination américano-arabe, qui disait :

« Aujourd’hui, il est temps pour nous d’écouter les noirs américains et les associations noires des droits civils concernant leurs expériences uniques et la façon dont nous pouvons le mieux soutenir notre lutte collective contre l’injustice. Il est également de notre devoir (…) de nous éduquer à propos des luttes de nos sœurs et frères noirs et de la façon dont nous pouvons apporter notre contribution afin de combattre l’hostilité contre les noirs. »

Vous, nos sœurs et frères noirs, votre résilience face à la déshumanisation brutale est une source d’inspiration pour notre propre lutte contre le régime israélien d’occupation, de colonialisme d’implantation et d’apartheid.

Nous soutenons les appels telle cette initiative des organisateurs de Minneapolis visant à désinvestir du militarisme et de la mise en place d’une police et d’investir en lieu et place dans une santé et une sécurité qui soient gérées par la communauté.

En reconnaissant que la justice se conquiert, et non qu’elle se concède simplement, nous pensons au conseil de James Baldwin à son neveu :

« S’il te plaît, essaie de te rappeler que ce qu’ils croient, de même que ce qu’ils te font endurer, ne témoigne pas de ton infériorité, mais bien de leur inhumanité et de leur crainte. »

Nous ne pourrons respirer tant que nous ne serons pas libres de l’oppression et du racisme. #BlackLivesMatter


Publié le 30 mai 2020 sur Mondoweiss sous le titre : We can’t breathe until we’re free! Palestinians stand in solidarity with Black Americans.
Traduction : Jean-Marie Flémal

Trouvez ici tous les articles, publiés dans la catégorie « Libération Noire »

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...