La révolution palestinienne

L’émergence d’une structure de parti palestinien orienté vers la lutte armée

Bien que les Palestiniens se fussent inspirés du modèle algérien, reproduire ce dernier n’était pas une simple affaire, puisqu’une lutte armée requérait des ressources financières et militaires de même qu’un entraînement et une préparation intensifs.

De la défense du Sud-Liban au siège de Beyrouth

Au cours des premières années 1970, les raids successifs d’Israël au Liban n’étaient pas parvenus à anéantir l’OLP. Par conséquent, Israël reconfigura sa stratégie à la suite du déclenchement de la guerre civile libanaise, en 1975, dans l’intention de manipuler les contradictions sectaires locales du Sud-Liban.

La culture révolutionnaire

Un principe fondamental sous-tendait la révolution palestinienne : l’idée d’une guerre de libération populaire.
Autour de cette notion se développèrent un riche corps de pensée, une perspective éducationnelle spécialisée, ainsi que des formes sociales et une abondante production esthétique.

Dans les prisons

Étant donné le nombre exceptionnellement élevé de prisonniers palestiniens à tout moment (particulièrement après l’occupation de Jérusalem-Est, Gaza et la Cisjordanie en 1967), les prisons israéliennes sont devenues des centres majeurs de production artistique, de débat intellectuel, d’éducation et d’organisation politique.

La diplomatie révolutionnaire

Avec l’avènement de la révolution palestinienne vint une compréhension populaire collective de ce que seule une approche révolutionnaire de la diplomatie pourrait avoir le moindre espoir de venir à bout de leur marginalisation complète, tant dans les pays arabes que sur la scène internationale.