Fouad Daher : « Les adultes meurent, mais les jeunes s’accrochent et résistent »

Ci-dessous, une brève interview de Fouad Daher, un membre du FPLP qui vit dans les camps de réfugiés au Liban.

Ces derniers mois, il a été en première ligne dans la lutte contre la propagation de l’épidémie chez les Palestiniens en exil.

Fouad Daher

Fouad Daher

Par rapport au coronavirus, dans les camps de réfugiés au Liban, quels sont les problèmes et comment les camarades s’organisent-ils pour les résoudre ?

Fouad Daher. Nous connaissons tous la dure réalité de notre peuple et de sa vie au Liban. Le coronavirus est un problème sérieux pour nous, étant donné les conditions des camps, la densité de population et l’environnement qui n’est pas équipé pour ce problème. Mais nous étions prêts à prendre des précautions préventives : nous avons lancé des programmes de sensibilisation, des campagnes de désinfection et créé des barrières pour entrer dans les camps pour mesurer la fièvre et désinfecter ceux qui y pénètrent.

Malheureusement, nous avons enregistré quatre cas dans l’un des camps, portés par une femme à ses proches, identifiés lors d’un examen aléatoire effectué par le ministère libanais de la Santé, qui a forcé l’UNRWA (l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens) à fournir un lieu de quarantaine, transformant une école de camp ad hoc.

Nous avons nous-mêmes organisé une manifestation pour demander à l’UNRWA que le centre soit équipé de vrais lits, puisqu’il n’était équipé que de matelas au sol. Par la suite, l’UNRWA a équipé un centre de formation professionnelle situé entre Beyrouth et Saïda et j’espère que nous n’en aurons pas besoin.

Quelle est la situation des prisonniers palestiniens par rapport à l’épidémie ?

Fouad Daher. Quant à l’ennemi sioniste, c’est le pire virus qui ait touché notre peuple. Les sionistes ont tenté de transmettre le coronavirus à nos héros captifs – les prisonniers de liberté – par le biais de leurs soldats. Les prisonniers ont refusé de manger de la nourriture qu’ils craignaient d’être infectés, ils ont refusé d’aller dans les cours de la prison pendant l’heure de promenade pour éviter tout contact avec les soldats infectés.

Ici au Liban, nous avons mené une manifestation pour les soutenir et présenté des rapports à la Croix-Rouge internationale, afin que nous puissions intervenir pour protéger les prisonniers, en espérant qu’aucun cas ne sera enregistré parmi eux. Dans le cas où l’ennemi sioniste transmet délibérément le virus à nos prisonniers, nous dirons à l’ennemi que les portes du feu infernal se sont ouvertes.

Que pouvez-vous nous dire sur la lutte palestinienne en ces temps de pandémie mondiale ?

Fouad Daher. Le virus se propage rapidement dans le monde entier et nous sommes au soixante-douzième anniversaire de la catastrophe (Al Nakba), lorsque les gangs sionistes ont occupé la première partie de la Palestine et ont déclaré leur soi-disant « État d’Israël ».

Malgré le passage du temps, nous sommes toujours attachés à notre terre et à la résistance contre l’entité sioniste. Nous continuerons jusqu’à la libération et retournerons dans notre patrie.

Oui, la mémoire de la Nakba survient dans des circonstances difficiles, mais nous sommes habitués aux difficultés et notre objectif est de libérer la Palestine de l’occupation et de faire face au projet sioniste dans son ensemble, qui est plus large que l’occupation de la Palestine. 

Par conséquent, nous devons conjuguer tous les efforts pour éradiquer ce cancer sioniste planté au cœur du monde arabe, qui est bien plus dangereux que le coronavirus. Les peuples libres du monde soutiennent notre peuple au niveau international, car la cause du peuple palestinien affecte tous les peuples du monde et notre cause est votre cause.

Il n’est pas nécessaire de négocier avec l’occupant, mais de se concentrer sur la résistance, seul moyen de libérer la Palestine. Il faut mettre fin aux divisions et développer une stratégie basée sur la résistance populaire. L’unité fait la force et notre peuple est prêt à se sacrifier.

En conclusion, notre réponse au slogan de Golda Meir lorsqu’elle a dit des Palestiniens : « Les adultes meurent et les enfants oublient ». Nous disons plutôt que « Les adultes meurent, mais les jeunes s’accrochent et résistent ».

Vive la Palestine ! Gloire aux martyrs et prompt rétablissement aux blessés ! Liberté pour nos vaillants prisonniers !

Fouad Daher, militant du FPLP et réfugié palestinien au Liban
14 mai 2020


Publié le 30 mai 2020 sur Fronte Palestina
Traduction : Collectif Palestine Vaincra

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...