Majd Barbar, kidnappé par les forces israéliennes le lendemain de sa libération

La cruauté de l’occupation : il fallait mettre fin à la joie des retrouvailles avec sa famille et arrêter de nouveau Majd BarbarMardi 30 mars, les forces israéliennes d’occupation ont fait irruption au domicile de Majd Barbar, un ancien prisonnier politique palestinien libéré la veille après 20 ans de détention, l’ont enlevé et s’en sont prises violemment aux personnes présentes à son domicile, dans le quartier de Ras al-Amud de Jérusalem occupée.

La famille Barbar réunie le 29 mars 2021, un jour avant que Majd ne soit kidnappé à nouveau par les forces de l’occupation.

La famille Barbar réunie le 29 mars 2021, un jour avant que Majd ne soit kidnappé à nouveau par les forces de l’occupation.

Les photos et vidéos de Barbar, emprisonné par l’occupation israélienne depuis le 30 mars 2001, le montrent en compagnie de sa femme Fatima, de son fils Montasser et de sa fille Zeina et ont été largement diffusées en ligne et partagées par de nombreux Palestiniens, touchés par la joie exubérante, l’amour et la résilience de cette famille qui ressortent des images.

Zeina, une jeune auteure dont les écrits ont été publiés en arabe sur le site internet de Samidoun, n’était âgée que de 15 jours quand son père avait été arrêté par l’occupation israélienne voici 20 ans.  

Lors de sa libération initiale, le lundi 29 mars, Majd Barbar a d’abord été emmené à l’infâme centre de détention et d’interrogatoire de la Mission russe à Jérusalem, du fait que les forces de l’occupation ont reporté quelque peu sa libération avant qu’il ne lui soit finalement permis de retrouver sa famille. Lors de son arrestation en 2001, lui et ses camarades avaient été interrogés et soumis à la torture dans cette même Mission russe, où ils s’étaient lancés dans des grèves de la faim durant une période de 300 jours.

Les scènes de joie et d’émotion de ses retrouvailles avec sa femme, ses enfants et toute sa famille ont été largement partagées sur les plates-formes des médias sociaux, et de nombreux Palestiniens et amis de la Palestine se sont réjouis en compagnie de la famille Barbar.

Les images de la libération de Majd Barbar dépeignaient l’amour, la joie, le plaisir d’être ensemble, l’amour de la fête et l’engagement envers la liberté des Palestiniens, ainsi que l’irrépressible esprit de volonté de personnes qui n’ont pu être écrasées par 20 années d’emprisonnement ou par 72 ans d’occupation, de colonisation et d’apartheid 

Majd Barbar et sa femme Fatima après 20 ans de séparation.

Majd Barbar et sa femme Fatima après 20 ans de séparation.

C’est précisément pour cette raison – une tentative d’éradiquer la joie des retrouvailles d’une famille et de ternir les reflets magnifiés au niveau international de l’amour qui lie ses membres entre eux et à la Palestine – que les forces israéliennes d’occupation ont fait irruption au domicile familial des Barbar ce 30 mars, pour enlever Majd une nouvelle fois à sa famille bien-aimée et lancer des gaz lacrymogènes partout à l’intérieur et à l’extérieur de sa maison. (*)


Publié sur Samidoun le 30 mars 2021
Traduction : Jean-Marie Flémal, Charleroi pour la Palestine

(*) Le site Palinfo rapporte que des affrontements ont opposé les forces d’occupation aux citoyens et aux membres de la famille du détenu palestinien auprès de sa maison dans le village de Salouan.

Les services du Croissant Rouge ont indiqué qu’ils ont secouru 6 blessés de la famille de Barbar, dont une blessure par les balles en caoutchou.

°°°°°°
La cruauté de l’occupation : il fallait mettre fin à la joie des retrouvailles avec sa famille et arrêter de nouveau Majd Barbar

Mise à jour 1 avril 2021

Majd Barbar a finalement était à nouveau libéré le 31 mars même, mais sous conditions.  Dans cette vidéo, il adresse un message à ses soutiens dans le monde et affirme “Nous ne serons jamais vaincus !”

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...