La photographie d’un détenu dans un camp militaire israélien heurte sa famille

Situé dans le désert du Néguev, le camp militaire de Sde Teiman a été utilisé pour emprisonner des milliers de Palestiniens depuis octobre.

 

Les proches d'Ibrahim Salem sont convaincus qu'il est bien l'homme debout contre la clôture, sur cette photographie prise dans le camp de Sde Teiman

Les proches d’Ibrahim Salem sont convaincus qu’il est bien l’homme debout contre la clôture, sur cette photographie en provenance de CNN.


Doaa Shaheen
, 3 juillet 2024

Ibrahim Salem est porté manquant depuis des mois.

En décembre, l’armée israélienne avait attaqué sa maison, au camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de Gaza. Nombre de ses proches avaient été tués ou blessés.

Ibrahim avait pris des dispositions afin que trois de ses enfants puissent être traités pour leurs blessures à l’hôpital Kamal Adwan.

Alors qu’il se trouvait à l’hôpital – situé dans la ville de Beit Lahiya – il y avait eu une attaque israélienne.

Les soldats israéliens s’étaient lancés dans une véritable boucherie. Les gens qui étaient restés en vie avaient été arrêtés.

La famille d’Ibrahim avait été dans l’impossibilité de le contacter, depuis lors.

Ils avaient d’abord pensé qu’il avait été tué. Mais il n’y avait pas trace de son corps à l’hôpital.

Quand il s’était avéré qu’il avait été amené en détention, la famille avait cherché de l’aide auprès d’avocats et d’autres défenseurs des droits humains, lesquels n’avaient pu, eux non plus, trouver la moindre information à son sujet.

« Cela avait encore aggravé mon désespoir »,

dit Wasim, le frère d’Ibrahim.

Un reportage de CNN diffusé en mai avait fourni quelques détails sommaires à la famille.

Le reportage se concentrait sur Sde Teiman, le camp militaire israélien dans le désert du Néguev, où sont détenus les Palestiniens de Gaza. Il montrait entre autres des photos prises dans le camp.

Sur l’une de ces photos, on peut voir un prisonnier debout, les yeux bandés et la majeure partie du visage couvert.

Quand Wasim a vu l’image du reportage de CNN, il a d’abord été pris de court. Quand il a zoomé dessus, il a été certain qu’il s’agissait d’Ibrahim.

Malgré le fait que le visage des détenus était couvert, les proches sont sûrs, d’après les caractéristiques visibles, qu’il s’agit bien d’Ibrahim, sur la photo. Du fait qu’Ibrahim était pieds nus sur la photo, la famille a pu confirmer que l’un de ses orteils avait une forme distinctive, du fait d’avoir été opéré.

Bien qu’elle ait été soulagée d’apprendre qu’Ibrahim était toujours en vie, sa famille est désemparée de voir en quelle mauvaise condition il se trouve.

« Il était très mince et on voyait bien que sa santé se détériorait »,

explique Wasim.

« On voyait manifestement qu’il avait subi des violences et des tortures. »

Situé dans le désert du Néguev, le camp de Sde Teiman a été utilisé pour emprisonner des milliers de Palestiniens depuis octobre.

Les détenus qui ont été libérés par la suite ont témoigné de la façon dont ils avaient été battus et soumis à des chocs électriques durant leurs interrogatoires. La négligence médicale est très répandue et la nourriture absolument inadéquate.

Des dizaines de détenus de Sde Teiman y sont morts.

Du fait que les prisonniers ont été empêchés de communiquer avec le monde extérieur, la famille d’Ibrahim ne dispose pas d’informations certaines à son sujet. Tout ce dont elle dispose, c’est d’une photo granuleuse indiquant qu’il est toujours en vie.

*****

Doaa Shaheen est une journaliste de Gaza.

*****

Publié le 3 juillet sur The Electronic Intifada
Traduction : Jean-Marie Flémal, Charleroi pour la Palestine

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...