Al-Haq (1) : Homicides volontaires commis par les forces israéliennes d’occupation en Cisjordanie

« Homicides volontaires commis par les forces israéliennes d’occupation en Cisjordanie »est un extrait du rapport d’Al-Haq :« Les violations grossières des droits de l’homme par Israël dans le contexte du Covid-19 »


Ce rapport de l’association palestinienne pour les droits de l’homme couvre la période du 8 au 29 mars 2020.

Alors que le monde est collectivement aux prises avec la propagation inexorable du nouveau coronavirus (Covid-19), Israël poursuit sa campagne systématique et générale de violation des droits des Palestiniens dans les Territoires palestiniens occupés (TPO), tant en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, que dans la bande de Gaza.

À la suite à l’appel du secrétaire général des Nations unies (ONU), António Guterres, en faveur d’un cessez-le-feu mondial « afin de permettre aux organisations humanitaires d’atteindre les populations les plus vulnérables à la propagation du Covid-19 (1) », Israël a quand même, entre autres,

-commis des homicides volontaires sur les personnes de Mohammed Abdul Karim Ghasib Hamayel, 15 ans, et de Sufyan Nawwaf Abd al-Haleem Khawaja, 30 ans, refusant en outre de restituer les corps des victimes en guise de mesures de punition collective ;

-poursuivi ses raids militaires en Cisjordanie ; procédé à des arrestations massives et autres arrestations administratives ;

-permis de graves flambées de violence de la part des colons ;

-maintenu son blocus draconien contre la bande de Gaza et son refus d’accorder des soins médicaux adéquats aux Palestiniens.

Vu cette situation, suite à l’isolement imposé à Bethléem dans le cadre de l’état d’urgence décrété par l’Autorité palestinienne (AP) le 5 mars 2020 (2), Al-Haq a continué de contrôler et de répertorier les violations des droits humains commises tant par les forces israéliennes d’occupation (FIO) que par les colons israéliens résidant illégalement en Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est.

Dans les cas impliquant envers les Palestiniens des actes de violence et des menaces de la part des colons, les FIO se sont abstenues d’intervenir pour empêcher ces comportements illicites, mais ont fourni par contre leur aide et protection aux colons, de sorte que ces individus ne soient pas tenus de rendre des comptes, ce qui, en même temps, consolide le régime d’impunité déjà bien en place.

Les cas suivants, vérifiés et rapportés par Al-Haq, illustrent bien le fait que l’épidémie de Covid-19 n’a constitué en aucun cas un frein ou un obstacle à la poursuite de la violence par Israël.

I. Homicides volontaires commis par les forces israéliennes d’occupation en Cisjordanie

1. Le meurtre de Mohammad Abdul Karim Ghasib Hamayel, 15 ans

Le 11 mars 2020, les FIO ont abattu Mohammed Abdul Karim Ghasib Hamayel, 15 ans, d’une balle dans la tête, après avoir occupé de force Jabal al-Arma, un endroit également connu sous le nom de mont al-Arma et situé à l’est de la ville de Beita, au sud-est de Naplouse.

Dès 20 h 30, le 10 mars 2020, et suite à l’appel lancé par les colons en vue d’occuper Jabal al-Aarma, certains des résidents de Beita ont appelé tous les habitants de leur ville et des villages avoisinants à se rendre à Jabal al-Arma afin de protégéer le site des colons.

Des centaines de résidents ont répondu à cet appel en se rendant donc à Jamal al-Arma et en y passant la nuit. Le lendemain, vers 5 h du matin environ, les FIO, soutenues par 40 véhicules militaires et deux bulldozers, ont occupé de force Jabal al-Arma.

Mohammad Abdul Karim Ghasib Hamayel, tué par les FIO le 11 mars 2020. (Photo : Al-Haq)

Mohammad Abdul Karim Ghasib Hamayel, tué par les FIO le 11 mars 2020. (Photo : Al-Haq)

Les FIO ont tiré sur les civils palestiniens à l’aide de munitions réelles, de balles en acier enrobées de caoutchouc et de gaz lacrymogène, abattant ainsi Mohammad d’une balle qui l’a frappé à l’oreille gauche et est ressortie par le côté droit de sa tête. Vers 11 h 37 du matin, le même jour, Mohammed a été déclaré mort à l’hôpital gouvernemental Rafidia, à Naplouse (3).

Salem Mustafa Hamdan Hamayel, un résident de la ville de Beita qui a participé au sit-in organisé à Jabal al-Arma, a été témoin du recours disproportionné, sans discrimination aucune, à la force par les FIO et au meurtre de Mohammad.

Dans sa déclaration à Al-Haq, Salem a relaté ce qui suit :

« J’ai été surpris de voir un groupe de soldats dissimulés dans la montagne, alors qu’ils n’étaient pas à plus de 50 mètres des jeunes Palestiniens. Dès qu’ils se sont montrés, ils ont tiré à balles réelles sans discrimination et le jeune de 15 ans, Mohammad Abdul Karim Ghasib Hamayel, a été blessé par une de ces balles dans la tête et il est tombé sur le sol, juste en face de moi. Je n’étais qu’à 10 mètres de lui, de sorte que je me suis précipité tout de suite vers lui pour essayer de l’emmener. Les soldats israéliens ont tiré à nouveau, nous forçant, moi et les jeunes qui essayaient aussi d’apporter leur aide, à nous protéger des balles [plutôt que de sauver Mohammad] (4). »

Jabal al-Arma, à proximité de l’endroit où Mohammad a été abattu et tué, le 11 mars 2020. (Photo : Al-Haq 2020)

D’après les notes d’Al-Haq, le recours sans discrimination à la force par les FIO s’est traduit par l’inhalation de gaz lacrymogène par des dizaines de Palestiniens, les blessures par balles réelles de trois Palestiniens, dont Mohammad, et les blessures par balles enrobées de caoutchouc de onze Palestiniens, dont le journaliste Baker Mohammad Sabah Mamdouh Abdul Haq, 30 ans, qui couvrait l’événement pour la télévision palestinienne.

Dans sa déclaration à Al-Haq, Baker a rappelé :

« Le 11 mars 2020, vers 5 heures du matin, alors que j’étais présent en face de la tente du Croissant-Rouge palestinien, les forces d’occupation, appuyées par quarante véhicules et deux bulldozers de l’armée israélienne, ont fait irruption à Jabal al-Arma, en débouchant de six endroits en même temps. Les soldats israéliens sont descendus des véhicules et ont envahi la montagne dans le même temps que des heurts violents les opposaient aux résidents. Les sodats ont tiré à balles réelles et à balles métalliques enrobées de caoutchouc et ont lancé des grenades lacrymogènes vers toutes les personnes se trouvant sur la montagne. Tous ceux qui étaient sur place ont été confrontés aux soldats. Tout en filmant le raid, je voyais des citoyens sans défense se faire blesser, y compris un enfant qui a été frappé d’une balle dans la tête. Les soldats ont empêché tout le monde, y compris l’équipe d’une ambulance, de l’approcher. L’enfant blessé, qui saignait abondamment, est resté sur le sol pendant une demi-heure environ sans assistance… Les soldats israéliens ont continué à réprimer les citoyens et à les forcer de quitter la montagne, alors que l’enfant était toujours couché sur le sol. J’ai été touché à mon tour à la jambe gauche par une balle en métal enrobée de caoutchouc, alors que je couvrais l’événement. Je me suis assis, une fois touché, et les soldats ont empêché l’ambulance de m’approcher. Quand je me suis assis, les soldats se sont approchés et m’ont agressé en me repoussant, en m’insultant et en me crachant au visage pour me forcer à quitter la zone (5). »

2.Le meurtre de Sufyan Nawwaf Abd al-Haleem Khawaja, 30 ans

Le recours par Israël à la force excessive s’est traduit également par le meurtre de Sufyan Nawwaf Abd al-Haleem Khawaja, 30 ans, résident du village de Ni’lin, à l’ouest de Ramallah. Le 22 mars 2020, l’Autorité palestinienne (AP) imposait un couvre-feu aux résidents palestiniens de la Cisjordanie occupée, en guise de moyen de combattre et limiter la propagation du Covid-19. Selon le père de Sufyan, celui-ci « était sorti pour aller acheter quelques denrées de base après que le gouvernement israélien avait annoncé l’imposition d’un couvre-feu (6) ».

Le 22 mars 2020, les FIO abattaient Sufyan et son cousin Mahmoud Bader Abd al-Haleem Khawaja (20 ans), au moment où ils ramenaient leur véhicule à Ni’lin, tuant Sufyan sur le coup et blessant Mahmoud (7). Mahmoud parvenait à s’enfuir, avant d’être emmené un peu plus tard par des résidents de Ni’lin à l’hôpital gouvernemental de Ramallah pour se faire soigner. Sufyan avait reçu une balle dans la tête et était décédé immédiatement. Les FIO empêchèrent une ambulance palestinienne d’emmener le corps de Sufyan à l’hôpital et, au moment de la rédaction du présent texte, Israël refusait toujours de restituer le corps de Sufyan à sa famille, et ce, dans le cadre de l’actuelle politique israélienne de mesures de sanctions collectives (8).

La suite de ce rapport sera publié dans les prochaines articles sur ce site.


Le rapport a été publié le 3 avril 2020 sur Al-Haq
Traduction : Jean-Marie Flémal

Notes :

(1) UN, COVID-19 : UN chief calls for global ceasefire to focus on « the true fight of our lives » (ONU, Covid-19 : Le secrétaire général de l’ONU demande un cessez-le-feu mondial afin de se concentrer sur « le véritable combat de nos existences ») (23 mars 2020), disponible sur :

https://news.un.org/en/story/2020/03/1059972.

(2) Al Jazeera, « Bethlehem under lockdown after coronavirus cases confirmed » (Bethléem sous confinement après la confirmation de cas de coronavirus) (7 mars 2020), disponible sur : https://www.aljazeera.com/news/2020/03/bethlehem-lockdown-coronavirus-cases-confirmed-200307054939115.html ; CNN, « Israel, Palestinians impose closure of Bethlehem » (Les Palestiniens imposent la mise en isolement de Bethléem) (5 mars), disponible sur :

https://edition.cnn.com/asia/live-news/coronavirus-outbreak-03-05-20-intl-hnk/h_bc84daf70a1164922d9701604a9bcb3c.

(3) Mondoweiss, « Palestinian teen killed during village’s attempt to defend mountain from Israeli settlers » (Un ado palestinien tué alors qu’un village tentait de défendre la montagne contre les colons israéliens) (11 mars 2020), disponible sur :

https://mondoweiss.net/2020/03/palestinian-teen-killed-during-villages-attempt-to-defend-mountain-from-israeli-settlers/.

(4) Al-Haq, déclaration 90A/2020, déposée par Salem Mustafa Hamdan Hamayel, 23 ans, résident du village de Beita, dans le gouvernorat de Naplouse, le 12 mars 2020.

(5) Al-Haq, déclaration 89A/2020, déposée par Baker Mohammad Sabah Mamdouh Abdul Haq, 30 ans, résident de la ville de Naplouse, le 11 mars 2020.

(6) Shatha Hammad, «  »We lost him » : West Bank village in shock as Israeli army kills Palestinian » (« Nous l’avons perdu » : Un village de Cisjordanie sous le choc après que l’armée a tué un Palestinien) (23 mars 2020), dans Middle East Eye.

(7) Wafa, « Palestinian killed by Israeli soldiers in West Bank village » (Un Palestinien tué par les soldats israéliens dans un village de Cisjordanie) (23 mars 2020), disponible sur : http://english.wafa.ps/page.aspx?id=589DKMa115477143243a589DKM

Lisez aussi : Les forces israéliennes tuent un Palestinien en Cisjordanie

 

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...