28 syndicats européens s’adressent à la CSI concernant la Histadrout

Le comité de pilotage du Réseau européen des syndicats pour la Palestine (ETUN Palestine) ainsi que 28 syndicats européens ont envoyé une lettre ouverte au secrétariat général de la CSI (Confédération Syndicale Internationale) pour dénoncer la discrimination opérée par le syndicat israélien Histadrout (membre de la CSI) auprès des travailleuses et travailleurs palestiniens obligés de travailler en israel et dans les colonies pendant la crise due au Covid-19.

 

Cher.e.s camarades de la CSI,

Nous souhaitons vous faire part de la forte inquiétude suscitée par la situation des travailleurs et travailleuses palestinien.ne.s en Israël et dans les colonies illégales, que le non-respect par le gouvernement israélien et la Histadrout de leurs obligations envers ces travailleurs et travailleuses en ces temps de pandémie vient accroître.

Si la situation des Palestiniennes et des Palestiniens, en particulier des travailleuses et des travailleurs, est difficile après plusieurs dizaines d’années de colonisation et d’occupation israélienne la pandémie de Covid-19 la rend encore plus aiguë.

Avant le confinement, près de 130.000 travailleurs et travailleuses palestinien.ne.s de Cisjordanie étaient obligé.e.s de travailler en Israël ou dans les colonies illégales pour survivre.

De même que dans le reste du monde, la pandémie permet de voir que ces travailleurs et travailleuses exploité.e.s effectuent en fait des travaux sur lesquels reposent l’économie israélienne.

C’est pourquoi, malgré la crise sanitaire actuelle, l’État israélien a demandé à 40.000 d’entre eux et elles de rester travailler en Israël, pendant que les Israélien.ne.s restent confinés chez eux.

Alors que selon la loi israélienne depuis 1970, les travailleurs et travailleuses palestinien.ne.s ont les mêmes droits que les travailleurs et travailleuses israélien.ne.s, et que depuis les accords d’Oslo de 1993, la plupart des travailleurs et travailleuses palestinien.ne.s en Israël payent une cotisation syndicale au syndicat israélien Histadrout, ce dernier n’assure pas leur protection.

Suite aux mesures de confinement, le gouvernement israélien a accordé une allocation chômage aux travailleurs et travailleuses israélien.ne.s, excluant les travailleurs et les travailleuses palestinien.ne. s qui pourtant cotisent aux caisses israéliennes.

Comme l’ont souligné WAC-MAAN, Kav Laoved et l’Association pour les Droits Civils en Israël, le gouvernement israélien pourrait également utiliser le fonds de maladie auquel les travailleurs palestiniens ont contribué au cours des dernières décennies, sans pouvoir prétendre à un congé de maladie payé.

De telles discriminations allant à l’encontre des conventions 100 et 111 de l’OIT sur l’égalité de rémunération et la discrimination, ne sont pourtant nullement contestées par la Histadrout qui devrait protéger et défendre leur droit d’obtenir une telle allocation.

Confiants dans l’attachement de la Confédération Syndicale Internationale à

« condamner toutes les formes de discrimination comme un affront à la dignité humaine et à l’égalité auxquelles chaque personne a droit à la naissance et doit avoir droit durant toute sa vie, et s’engage fermement à défendre le respect de la diversité au travail et dans la société »,

nous demandons que la discrimination exercée par la Histadrout envers les travailleurs et travailleuses palestinien.ne.s obligé.e.s de travailler en Israël et dans les colonies illégales, puisse être prise en compte par l’ensemble des organisations de la CSI.

En espérant que notre requête approfondisse votre engagement dans la lutte pour l’émancipation des travailleuses et travailleurs, recevez cher.e.s camarades, nos salutations internationalistes.

Signatures:

European Trade Union Network for Justice in Palestine – Steering Committee,

France
Union syndicale Solidaires

Norvège
Norwegian Union of Municipal and General Employees (Fagforbundet)
Oslo Hospital- and Health workers union (Fagforbundet)
Oslo public transport workers union (Fagforbundet)
The Norwegian Union of Employees in Commerce and Offices (HK i Norge)
The United Federation of Trade Unions (Fellesforbundet)
Jernverksklubben in Mo i Rana (Fellesforbundet)
Norwegian Confederation of Trade Unions in Trondheim (LO I Trondheim)
Norwegian Food and Allied Workers Union dept. 7 (NNN dept 7)
Fjellservice Swa (construction and civil engineering company) 12 The Red Party Høyanger (Raudt Høyanger)

Belgique (*)
La Centrale Generale-FGTB
CNE/CSC (The National Center for Employees and Managers in the Private Sector)
ACOD-VRT
ABVV-ACOD Cultuur
ACOD-LRB Brussel / CGSP-ALR Bruxelles

Irlande
Unison
Craigavon Trades Council
Fermanagh Trades Council.
Mandate Trade Union
Communications Workers Union

Espagne
Confederación Intersindical
SAT Sindicato Andaluz de Trabajadores (Andalucia)
Intersindical Valenciana (Valencia)
IAC – Intersindical Alternativa de Catalunya (Catalunya)

Ecosse
Dundee Trades Union Council

Lituanie
Lithuanian Industry Trade Union Federation

Pays Bas
The Netherlands Trade Union Confederation


Publié le 11 juin 2020 sur European Trade Initiative for Justice in Palestine

Lisez aussi : Les syndicats palestiniens appellent à boycotter la Histadrout

(*) En 2010 déja, après la guerre d’agression contre Gaza et le massacre sur le Mavi Marmara, le congrès de la FGTB constata que la centrale syndicale israélienne Histadrout soutenait sans réserve la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens. Il demanda donc que la FGTB exige de la Histadrout qu’ « elle se distancie clairement de la politique menée par le gouvernement israélien, faute de quoi cela devrait entraîner sa mise à l’écart de la CSC, pour non respect de la déontologie syndicale”.

Trouvez ici d’autres articles concernant les syndicats, publiés sur ce site

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...