Khaled Barakat : « Sur le conflit interne palestinien »

 

Khaled Barakat s"exprime sur le conflit interne palestinien

Khaled Barakat

Allons-nous vers un conflit palestinien interne, ou ce que certains appellent une « guerre civile » ?

Cette question est utilisée par certains pour servir leurs propres objectifs mesquins et la jeter face au peuple palestinien afin de l’intimider et de l’effrayer. Il y a ceux qui veulent que notre peuple accepte les conditions de l’ennemi sioniste, donc ils ne résisteront pas – accepter la « réalité », afin de ne pas aborder la crise de la situation intérieure palestinienne. Tout cela sous prétexte de « dévouement à l’unité nationale ! »

D’un autre côté, il y a ceux qui veulent pousser notre peuple dans la mauvaise bataille, en le poussant à mélanger les pommes et les oranges, jusqu’à ce que leurs pieds soient entraînés dans le broyeur de l’autodestruction.

Dans les deux cas, nous sommes conduits dans un champ de mines qui menace d’une mort certaine et d’un projet qui ne sert que l’ennemi, ses alliés et ses agents.

**

Cependant, la question ci-dessus reste légitime si elle est considérée sur la base de l’expérience historique du peuple palestinien et si elle est prise au sérieux et profondément dans son contexte naturel.

Les peuples et les mouvements de libération confrontés au colonialisme ont connu de tels conflits internes ou guerres civiles. 

Ils ne les ont pas atteints subitement ou sans accumulation de précurseurs ou conditions qui les ont clairement menés. Ils n’ont pas non plus atteint le point de rupture avec des opposants politiques internes parce qu’ils « veulent » une nouvelle guerre ou un nouveau conflit qui ne fait qu’ajouter aux tourments quotidiens aux mains du colonisateur. 

En effet, la grande majorité de la population recherche un état naturel de stabilité, préférant gérer ses différences internes selon des mécanismes pacifiques et démocratiques, si elle en est capable.

Cependant, des luttes internes bouillonnantes conduisent parfois à l’impossibilité de coexistence entre des programmes, des classes et des forces sociales incompatibles, et la contradiction entre elles atteint le point d’explosion et de non retour.

Malgré la spécificité de l’espace et du temps pour chaque peuple, région et nation, l’écriture du martyr et camarade Mahdi Amel sur la guerre civile au Liban reste une référence intellectuelle et historique importante pour comprendre l’essence des conflits confessionnels, des guerres civiles, de leurs les origines et le rôle des forces locales et externes. 

Mahdi Amel a tenu à souligner que ces événements dépassent la forme d’un conflit entre communautés, dirigeants, factions et tribus. Il y a une classe dirigeante qui récolte tous les avantages du conflit et est prête à sacrifier des vies humaines.

Il y a un autre exemple, au Liban également, qui peut sembler assez éloigné de notre compréhension de la guerre civile : lorsque nous discutons du rôle de « l’armée du Sud-Liban », des collaborateurs de l’occupation israélienne et de ses agents dans la « région de la ceinture de sécurité »

La résistance les a traités comme partie intégrante des forces ennemies et cibles légitimes des tirs de résistance. 

La présence de l’ennemi sioniste dans la bataille a fait apparaître ce conflit comme s’il était entièrement hors de portée de l’affrontement interne au Liban. 

Cela a facilité la mission de la résistance de mener résolument la bataille et de remporter la victoire et enfin la libération.

Il est nécessaire d’examiner les expériences des mouvements populaires et des luttes de libération en Chine, au Vietnam, à Cuba, au Soudan, aux Philippines, en Colombie, en Irlande, en Afrique du Sud et ailleurs pour tirer des leçons et révéler des similitudes et des différences. 

Il en va de même pour l’expérience du peuple palestinien lui-même, les conflits internes dans sa société et la manière dont il y avait (et il y a) des forces palestiniennes locales entravant le progrès de leur lutte de libération nationale à partir du moment où les navires de guerre de Napoléon étaient ancrés devant les murs de Akka en 1799.

Peut-être faut-il accorder plus d’attention aujourd’hui à notre compréhension de la signification des conflits internes ou des guerres civiles. 

Ce type de guerre est, dans la plupart des cas, inséparable d’un conflit dans une région ou une zone. Le cas palestinien ne fait pas exception. 

De plus, les causes des conflits internes sont toujours présentes, et leurs éléments peuvent être découverts en train de brûler sous les cendres. Et cette guerre ne signifie pas toujours un conflit politique violent ou clair. 

Le conflit interne est l’incarnation d’une lutte entre blocs, classes, options politiques et centres de pouvoir. 

C’est souvent un affrontement entre la majorité populaire et entre les systèmes et les structures fondés par le colonialisme moderne pour « leur permettre » de gouverner dans la mesure où le colonisateur le permet, gouvernant à son profit.

Ils lui servent d’instrument, d’arme et de bouclier, dont le sort n’est décidé que par une révolution populaire ou lorsque le colonisateur lui-même est vaincu.

Telle est la réalité du conflit, et les règles de son développement et ses contradictions dans toute société dans laquelle une classe établit un régime d’oppression au lieu du dialogue et ne considère pas la confrontation avec l’ennemi extérieur comme une priorité nationale. 

Tout régime qui opte pour la voie de l’abus, de l’exploitation, du monopole, de l’appauvrissement et de l’exclusion – comme c’est inhérent au système capitaliste – est un régime de la minorité dirigeante, et sa relation avec le peuple atteindra finalement un point critique, entrant inévitablement en collision avec la majorité populaire qui a tout perdu et n’a plus rien à perdre.

Aujourd’hui, les révolutionnaires des Philippines combattent leurs « propres compatriotes » avec des armes, mais ils se rendent compte qu’ils combattent les outils de l’impérialisme et du pillage des entreprises dans leur pays. 

Le peuple philippin a vécu 400 ans sous le joug du colonisateur espagnol, qui l’a ensuite transféré à une occupation américaine directe en 1898, qui a perduré pendant près de 50 ans. 

Cette réalité de l’hégémonie et de la domination américaines persiste à ce jour, même si les mécanismes d’hégémonie, de contrôle de façade et de systèmes de pillage ont varié au fil du temps.

Le peuple algérien sait comment le colonialisme français a créé les « Brigades Harki », des bataillons armés d’Algériens fantoches qui ont servi les forces françaises de colonisation et commis des crimes contre le peuple. 

Ils sont une copie fidèle des « factions de paix palestiniennes » (groupes paramilitaires fondés par des colonisateurs britanniques pour écraser la résistance palestinienne dans les années 30 et 40).

Ces soi-disant « factions de paix » ont été établies par la Grande-Bretagne en Palestine, supervisées par les forces britanniques et entraînées et armées par l’officier O’Connor au milieu des années 1930. 

Ils ont participé à la répression de la Grande Révolution palestinienne en 1936, prélude à la Nakba de 1947-48

Ils étaient dirigés par des personnalités de familles féodales, parmi les riches ayant des liens étroits avec les forces impérialistes et réactionnaires de la région, notamment Fakhri al-Nashashibi, Fakhri Abdul-Hadi et d’autres, dirigées par Ragheb Nashashibi, chef du Parti de la défense nationale. 

Le général britannique Charles Tiggart a établi un système de sécurité complet à partir de ces brigades et établi des centres militaires de police dans les villes et les zones frontalières appelées « enceintes » (Muqata ‘en arabe, aujourd’hui le nom utilisé pour le palais présidentiel de l’Autorité palestinienne à Ramallah occupé). 

Ceux-ci ont formé des « ceintures de sécurité » pour protéger les colons britanniques-sionistes des attaques révolutionnaires. 

Le collaborateur Fakhri Nashashibi wa a été assassiné en Irak en 1941, tandis que Fakhri Abdul-Hadi a été assassiné par des révolutionnaires dans le village d’Arraba (district de Djénine) en 1943.

Avant la formation de l’Autorité palestinienne en 1994, l’occupation israélienne a mis en place un système connu sous le nom de Village Council Network. 

Ils ont également créé d’autres entités sous différents noms et bannières, qui servaient toutes les intérêts d’Israël et du projet sioniste.

Cependant, tout cela n’était plus nécessaire après la création de l’autorité d’Oslo et de ses instruments. Le colonisateur s’efforce toujours de créer une zone tampon ou un système de médiation entre lui et la population colonisée par le biais d’une autorité locale subordonnée.

Les affrontements armés qui ont eu lieu entre les forces palestiniennes en 1935, et en Jordanie et au Liban après le début de la révolution palestinienne dans les années 1960, mais aussi à Gaza en 2007, sont toutes des manifestations qui incarnent ce conflit palestinien interne entre une approche et son contraire, entre les classes et les intérêts conflictuels.

La question n’était pas «personnelle» entre Cheikh Izz al-Din al-Qassam et le chef féodal Ragheb Nashashibi, ni entre le martyr Wadie Haddad et le roi Hussein de Jordanie. Quiconque prétend le contraire ne sert qu’à promouvoir des illusions qui profitent à ceux qui cherchent à commercialiser des réponses rapides et prêtes.

***

Oui, il y a un conflit palestinien qui existe toujours. Son feu s’estompe et s’intensifie selon l’équilibre des forces et la tension de la lutte de classe interne. 

Cela a été la norme depuis que les chefs féodaux et la grande bourgeoisie sont arrivés au pouvoir, devenant une poignée de compradors, représentant l’occupation et la capitale à Ramallah, Amman et Naplouse.

Indépendamment des causes qui ont conduit à cette réalité – qui sont indéniablement importantes et devraient être abordées dans les articles suivants – la vérité fondamentale et inébranlable est qu’il existe un secteur palestinien au pouvoir minoritaire qui détient les ficelles de la prise de décision politique et le monopolise avec le pouvoir, l’argent et le soutien arabe étranger, américain, européen et réactionnaire, en raison de sa coordination sécuritaire avec l’occupation. 

Il est prêt à commettre des crimes politiques afin de défendre ses intérêts. Ces forces ont empêché la victoire, avorté plus d’un soulèvement populaire, négocié la terre et les droits et détruit les réalisations nationales palestiniennes.

Cette guerre n’est pas une guerre entre les régions, ni entre les communautés religieuses, ni entre l’intérieur et l’extérieur, entre la droite et la gauche, entre la droite et la droite, ni entre Gaza et la Cisjordanie, mais c’est plutôt une partie naturelle du conflit majeur : d’une part, entre un peuple sous occupation et en exil et la diaspora qui aspire à libérer sa terre et son peuple et, d’autre part, ces forces au service du colonisateur. 

Cela fait partie d’une lutte plus vaste entre la nation et la civilisation arabes écrasées quotidiennement de l’océan vers le Golfe, et les projets et forces impérialistes, sionistes et réactionnaires qui cherchent à consommer et à contrôler la richesse des peuples.

La colère populaire que l’on retrouve dans les camps de réfugiés palestiniens en particulier, et dans les ceintures de misère et de pauvreté, n’est pas due à « envier » ceux qui vivent dans des palais et accumulent des richesses dans des banques étrangères. 

Cette colère est due au fait que ces fortunes sont basées sur le pillage des richesses du peuple palestinien, dont les droits ont été volés, pillés et violés depuis plus de 72 ans.

**

Cependant, si les résidents des palais et les propriétaires des banques ont leur autorité et ses dispositifs de sécurité, où trouver le pouvoir et l’autorité des camps et des classes populaires? Quel est leur projet politique alternatif ? Quelles forces expriment cette vision aujourd’hui?

La terre de Palestine qui a fait l’objet de négociations est la propriété collective du peuple palestinien. Les ressources naturelles et la richesse sont une propriété collective. Le gaz naturel volé sous les mers de Palestine est une propriété collective.

L’Organisation de libération de la Palestine et ses institutions sont également une propriété collective, mais elles ont été confisquées, même enlevées et transformées en entreprise privée pour une poignée de marchands qui ont vendu la cause, la terre et le peuple.

Notre peuple se rend compte que le réseau de sionistes, de collaborateurs et de voleurs, qui va de Tel Aviv au Caire et d’Amman à Ramallah, est un réseau qui pille et vend leurs richesses, et ce sont ces mêmes forces qui coordonnent la sécurité avec l’occupation israélienne et concluent des traités de reddition.

Il s’agit notamment des accords de Camp David entre l’Égypte et Israël de 1978 et 1979; le traité de Wadi Araba entre la Jordanie et Israël de 1994; et, bien sûr, les fameux accords d’Oslo de 1993 et leurs corollaires.

Ce même secteur exclut 99% du peuple palestinien et lui interdit d’exercer son droit de déterminer le sort de sa cause nationale avec sa volonté libre et populaire.

**

Sommes-nous donc au bord d’une guerre civile palestinienne ?

La vérité est que nous vivons au cœur de ce conflit. 
Nous n’avons pas laissé cette contradiction en cours pour un jour, même si son expression diffère d’une étape à l’autre, sans prendre la forme d’une violente confrontation populaire jusqu’au moment présent. 

Jusqu’à ce que le peuple palestinien libère sa voix et sa volonté nationale collective, que les classes populaires dirigent et qu’une approche alternative prévaut, le segment capitulard et dégénéré de la classe dirigeante de la minorité palestinienne continuera de dominer, de conclure des accords et de vendre les réalisations et les gains du peuple, en leur nom mais derrière leur dos, sans responsabilité ni censure.


Publié le 3 juin 2020 sur Samidoun Palestinian Prisonier Solidarity Network. Traduction : Collectif Palestine Vaincra

Khaled Barakat, écrivain palestinien, coordinateur et porte-parole de la Campagne pour la libération d’Ahmad Sa’adat

 

Trouvez ici d’autres articles de Khaled Barakat, ou le concernant, publiés sur ce site

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...